Le cholestérol

« Je ne peux compter que sur moi-même ! »

Le plus souvent, le patient qui a du cholestérol en excès sent un besoin vital de rassembler, d’unir, d’harmoniser, de renforcer les liens dans la famille, son milieu amical ou professionnel. Il souhaite construire une unité. Il s’agit d’un conflit de construction des événements. Tout vient de sa propre action, de ses propres forces. C’est une personne de devoir, qui s’interdit d’être ce qu’elle est, car elle doit « coller » à ses rôles (familiaux, sociaux...). En fin de compte, sa joie de vivre a disparue.

Les mots clés sont : masquer (rôle), pacifier, concilier.

Par ailleurs, il est important de savoir que la chasse au cholestérol est plus dangereuse que le cholestérol lui-même, comme le confirme une étude parue dans la prestigieuse revue British Médical Journal.

La majorité du cholestérol dans notre sang ne vient pas de notre alimentation. Elle est produite par notre foie.

En produisant du cholestérol, notre corps répond à un besoin vital de cette substance.

Avant que des laboratoires pharmaceutiques ne s’intéressent de près à cette manne financière, le taux de cholestérol toléré était de 7,8 g/litre de sang. Aujourd’hui, le cholestérol est traqué et son taux artiiciellement baissé. Les médicaments prescrits suscitent bien des réactions légitimes de la part de beaucoup de patients et de médecins conscients de leur dangerosité.

Il faut également souligner que le cholestérol est nécessaire à l’élaboration des hormones de reproduction. Il contribue à la fabrication de la vitamine D nécessaire à l’absorption du calcium et à la formation des os. Son rôle est indispensable pour la formation des membranes cellulaires. Il permet également la production des sels biliaires, qui sont indispensables à la digestion.

Il est donc important de ne pas bloquer la production de cholestérol par notre foie en prenant des substances chimiques ou même naturelles.

Mes conseils de naturopathe pour le cholestérol 

Lorsque le cholestérol LDL, appelé « mauvais cholestérol », est élevé, il est intéressant (contrairement à l’idée reçue) de manger des œufs. Le colostrum présent dans le jaune d’œuf est un concentré de bons nutriments anti-cholestérol et anti-cancer, à condition de le manger très peu cuit (moins de 40°), c’est-à-dire coulant, voire cru. Le blanc doit être bien cuit, sans matière grasse. Ils doivent être consommés le matin, éventuellement le midi, mais jamais le soir. Évitez les omelettes, car les œufs émulsionnés sont devenus indigestes. Les œufs durs perdent presque tous leurs intérêts nutritionnels. Ils doivent être impérativement frais et biologiques et, dans tous les cas, ne jamais provenir de fermes d’élevages intensifs. Les codes inscrits sur la coquille doivent être 0FR ou exceptionnellement 1FR.

Changeons notre regard

Par ailleurs, un peu de graisse saturée le matin donnera l’information à votre foie d’arrêter de produire du cholestérol en excès. Vous reconnaîtrez les graisses saturées facilement car elles se figent au froid. Le beurre frais et biologique est un bon exemple de graisse saturée à consommer en petite quantité le matin. Les avocats peuvent être consommés et constituent un excellent complément des œufs, le matin également. Vous devrez consommer deux à trois cuillères à soupe par jour, de bonnes huiles achetées impérativement en magasin diététique. Ces huiles de qualité ne peuvent être chauffées.

Le danger potentiel de la présence du cholestérol est lié à son oxydation possible. Il faut donc impérativement prendre des antioxydants de qualité.

Le plus grand pourvoyeur du « mauvais cholestérol » est le sucre sous toutes ses formes.

Extrait du livre "Notre réalité une illusion" de Marion Le troquer

  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.